11 juillet 2013

N'enregistrez pas ce blog dans vos liens!

Ah que coucou!

 

Oui.

Je ne reste pas sur cette plate-forme et dès que j'aurais terminé d'emménager dans mon nouveau blog, celui-ci sera clôturé.

Comme qui dirait, je retourne aux sources ;)... oui, livespace m'a vu naître en tant que bloggeuse, blogspot me voit revenir sur les blogs gérés par Microsoft... Donc à partir de maintenant les nouveaux billets paraîtront à cette adresse:

http://sab1703.blogspot.fr

D'un point de vue technique, blogspot offre plus de possibilités. On peut tout, tout, trafiquer sur la page :).... pour cela il faut juste rester concentrée assez longtemps pour lire des scripts très long... donc j'ignore si j'aurais le temps de fabriquer ma page... pour le moment, j'ai opté pour un modèle qui ne me satisfait pas tellement car colonne principale trop étroite, mais ça attendra le temps que ce nouveau déménagement se termine. Donc attendez-vous, à ce niveau-là, à voir du changement.

La technicité va aussi me permettre d'y insérer aussi mon ancien blog hotmail (oui, du moment que les blogs sont enregistrés sont le format .xlm, c'est possible :)... comme j'ai fait hier une sauvegarde de ce blog, le fichier en html (la conversion est toute simple et rapide à faire), je l'ai, il faut juste un peu de temps pour qu'il se télécharge... c'est ça qui est le plus long...

 

Bon, et bien à tout de suite sur blogspot!

 

Bisous,

@+

Sab

http://sab1703;blogspot.fr

Posté par Sab1703 à 00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


03 juillet 2013

Déménagement terminé

Déménagement

Ah que coucou !

 

Par la présente, je signale à tous les visiteurs que tous les billets (sauf ceux contenues dans les catégories « Centerblog » et « Sab ») ont tous été transférés ici.

 

Parce que ce déménagement n’a pas pu malheureusement se faire en une seule journée (trop de billets) et que les liens de flux RSS devaient en énerver plus d’un parce que le flux leur indiquait des billets qu’ils avaient déjà lus (de ce fait il est tout à fait compréhensible que vous ayez supprimé temporairement cette solution pratique afin d’être avertis des nouveaux écrits qui apparaissent ici), je vous signale donc que depuis le début de ce transfert j’ai ajouté aussi les articles suivants :

 

7 juin

Bienvenue chez Sab

http://sab1703.canalblog.com/archives/2013/06/07/27351998.html

 

7 juin

Quelques mots concernant l’image de mon profil

http://sab1703.canalblog.com/archives/2013/06/07/27353163.html

 

8 juin

A. de Musset : Pierre et Camille

http://sab1703.canalblog.com/archives/2013/06/08/27357035.html

 

9 juin

Blog en construction

http://sab1703.canalblog.com/archives/2013/06/09/27364353.html

 

12 juin

Sab teste quelques codes html…

http://sab1703.canalblog.com/archives/2013/06/12/27386638.html

 

13 juin

Centerblog vs. Canalblog

http://sab1703.canalblog.com/archives/2013/06/13/27398124.html

 

14 juin

Un questionnaire test… et son suivant…

http://sab1703.canalblog.com/archives/2013/06/14/27403218.html

 

15 juin

Nouveau : Collectionnons les timbres !

http://sab1703.canalblog.com/archives/2013/06/15/27432612.html

 

16 juin

Centerblog : Les mauvaises surprises…

http://sab1703.canalblog.com/archives/2013/06/16/27438654.html

 

17 juin

Mythes et Légendes de la Grèce Antique : Méléagre

http://sab1703.canalblog.com/archives/2013/06/17/27442910.html

 

18 juin

Arthur Conan DOYLE : Une étude en Rouge

http://sab1703.canalblog.com/archives/2013/06/18/27449739.html

 

19 juin

Christophe : Le Sapeur Camember [épisode Camember se plie aux exigence militaires]

http://sab1703.canalblog.com/archives/2013/06/19/27458105.html

 

19 juin

Johann Wolfgang von Goethe : Werther

http://sab1703.canalblog.com/archives/2013/06/19/27466133.html

 

20 juin

Données privées récoltées par les sites

http://sab1703.canalblog.com/archives/2013/06/20/27464806.html

 

21 juin

Maya : Incroyable découverte

http://sab1703.canalblog.com/archives/2013/06/21/27471505.html

 

22 juin

Les compteurs

http://sab1703.canalblog.com/archives/2013/06/22/27475742.html

 

23 juin

Déménagement : Pourquoi avertir sur chaque billet ?

http://sab1703.canalblog.com/archives/2013/06/23/27486644.html

 

25 juin

France : que doit être fait pour la redresser ?

http://sab1703.canalblog.com/archives/2013/06/25/27498470.html

 

26 juin

Pierre Corneille : Discours sur le poème dramatique

http://sab1703.canalblog.com/archives/2013/06/26/27502846.html

 

27 juin

La vie sur la toile après la mort

http://sab1703.canalblog.com/archives/2013/06/27/27506800.html

 

28 juin

L’école en France

http://sab1703.canalblog.com/archives/2013/06/28/27516139.html

 

29 juin

Pierre Daninos : Les Carnets du Major Thompson

http://sab1703.canalblog.com/archives/2013/06/29/27516448.html

 

30 juin

Le remplacement de la population dans l’Union Européenne

http://sab1703.canalblog.com/archives/2013/06/30/27532179.html

 

1 juillet

Edgar Allan Poe : Les souvenirs de M. Auguste Bedloe

http://sab1703.canalblog.com/archives/2013/07/01/27520531.html

 

2 juillet

La culture = une caractéristique génétique ?

http://sab1703.canalblog.com/archives/2013/07/02/27527366.html

 

Concernant les commentaires qui apparaissent encore sur Centerblog, ils seront, eux aussi, transférés dès que j’aurai trouvé la meilleure façon de le faire… Dois-je les transférer avec tous les renseignements fournis par son auteur (mais dans ce cas, il va falloir que je potasse un peu plus les codes) ou utiliser les copies-écran pour les insérer à la suite des billets ?

Je n’ai pas encore décidé quelle solution adoptée et j’avoue n’y avoir pas encore beaucoup réfléchi.

Toutefois il est prévu qu’ils rejoignent eux aussi ce blog…

 

Par la présente je rappelle ici qu’il est tout à fait inutile d’insérer un commentaire sur :

 

http://sab1703.centerblog.net

 

si vous souhaitez le voir apparaître en ligne…

 

Je réitère ici mon invitation à faire de même car vous n’avez qu’à y gagner !

Incroyable tout ce que j’ai découvert dans les codes quand je les recopiais pour m’éviter de refaire tous les messages et toute la présentation ! Pas étonnant que ça boguait autant !!! et que les textes, images, vidéo qu’on avait décidés de mettre au milieu (par exemple) se retrouvaient après leurs micmacs informatiques de l’équipe de Centerblog alignés à gauche et qu’il était impossible de les remettre à leur place initiale !!

 

Bisous,

@+

Sab

Posté par Sab1703 à 00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

06 juin 2013

Bernard CLAVEL : Meurtre sur le Grandvaux

Clavel 1

 

Ah que coucou !

 

Tout ceux qui s’intéressent à la généalogie sont férues de ce style de littérature mettant en scène des personnages fictifs ou non, dans des situations qu’on peut imaginer avoir été celles qu’ont vécues nos ancêtres. Ayant dans mes ancêtres des « itinérants » devant quitter régulièrement leur montagne pour vendre certains produits, comme la salpêtre, voilà un roman qui ne peut que m’intéresser car il parle des ses familles devant se séparer pendant une période plus ou moins longue afin de gagner suffisamment pour survivre à cette rudesse de la vie en montagne…

 

C’est pour cela que je vous propose aujourd’hui ce roman de Bernard Clavel qui nous parle d’un mode de vie à la montagne, dans le Jura. Il s’agit de :

 

Meurtre sur le Grandvaux

accessible à la lecture/téléchargement, en cliquant ici

Format : pdf

(logiciel fourni gratuitement par son concepteur : Adobe)

Langue : français

 

Le Grandvaux, c’est une région près de Dole, dans ces montagnes du Jura. C’est là où vivent Ambroise et sa fille Emilienne. Ambroise est roulier quand il ne peut travailler dans sa ferme. Un roulier, c’est quoi ? Une personne qui transporte toute sorte de marchandises pour les revendre dans des contrées plus ou moins lointaines. Ambroise, lui, le plus loin où il est allé, c’est Nijni-Novgorod (sur les bords de la Volga).

 

L’action elle, elle débute en ce printemps de 1844. Ambroise rentre chez lui accompagné d’un nouveau chien qu’il a trouvé en Allemagne, auquel il a donné le nom de Rognard. Mais voilà, Ambroise a à peine le temps d’arriver et de poser ses affaires qu’il apprend non seulement que son épouse et la mère d’Emilienne est décédée pendant l’hiver, mais que sa fille unique est enceinte de trois mois ! A l’aide de Rognard, il retrouve Léon Seurot, le père, qui, certainement parce qu’il connait la réputation colérique d’Ambroise, a préféré fuir plutôt que de répondre à son appel…

 

A ce témoignage de la vie passée dans son Jura natal, Bernard Clavel y ajoute un crime ; mais, au lieu de commencer par ce crime, comme le titre pourrait nous laisser penser, il commence déjà à nous mettre dans la position à comprendre les motivations de ce double meurtres… eh oui, l’identité des victimes n’est connu qu’à la fin de l’histoire…

 

Maintenant certains peuvent se demander qui était ce célèbre écrivain… eh bien voici le lien direct vers son site où vous y trouverez non seulement toute sa biographie mais aussi tous les titres qu’il a écrits (et il y en a une tartine) – pour accéder à sa page d’accueil, cliquez ici.

 

Bisous,

@+

Sab

 

PS : comme vous le remarquez nous allons reprendre petit à petit les anciens horaires… Je pense que d’ici au week-end prochain, les billets seront à nouveau postés vers minuit…


 

Clavel 2

03 juin 2013

George SAND : La Mare au Diable (1/2)

1-1

 

Ah que coucou !

 

Aujourd’hui je vous propose de lire un livre que j’apprécie grandement, écrit par cette grande dame de la littérature française qu’était Amantine-Aurore-Lucile DUPIN, plus connue sous le pseudonyme de George SAND :

 

La Mare au Diable

accessible au téléchargement/lecture, en cliquant ici

Format : pdf

(logiciel fourni gratuitement par son concepteur : Adobe)

Langue : Français

 

dans lequel vous retrouvez la gravure d’Holbein dont nous avons parlé dans le billet : Hans Holbein (pour y accéder, cliquez ici)

 

Vous vous posez sûrement la question sur les raisons qui me poussent aujourd’hui à dédier deux billets à ce livre. Cela est dû au fait que ce livre est non seulement une œuvre littéraire (que nous allons voir aujourd’hui), mais aussi un témoignage sur la vie dans les campagnes françaises de ce 19e siècle (que nous verrons demain).

 

Nous allons donc aborder aujourd’hui ce livre comme étant un chef d’œuvre de la littérature…

 

Comme de nombreux romans champêtres, le vocabulaire usité n’est rien d’autre que celui de nos paysans d’autrefois. Il ne faut donc pas s’attendre à y lire un vocabulaire élaboré mais plutôt un français mêlé au dialecte de cette Touraine très chère à George Sand.

 

La Mare au Diable est un étang où il fait mauvais être quand la nuit est là… enfin, c’est ce qu’affirment les habitants du cru et l’expérience qu’en ont faite Germain, la petite Marie et le Petit-Pierre, ne contredit en rien cette mise en garde… oui, Germain, veuf cherchant épouse à la Fourche où il doit se rendre en déposant sur son chemin la petite Marie qui va travailler comme bergère aux Ormeaux, se retrouve accidentellement sur le bord de la Mare au Diable… N’étant pas averti, ils n’ont pas suivi la coutume qui veut, quand on se retrouve à la nuit tombée près de la Mare au diable, que l’on y jette une pierre de la main gauche pendant que la main droite on fait le signe de la croix, afin d’être protégé contre les mauvais esprits… ils se sont perdus, et, après une longue marche dans la nuit, se sont retrouvés sur les lieux où ils avaient bivouaqué quelques heures pour se reposer… Mais ceci n’est malheureusement pas l’unique mésaventure qui leur arrive pendant ce week-end-là, et vous connaîtrez toute leur histoire en lisant cette partie du livre se trouvant dans la partie la Mare au Diable

 

Pendant que la Mare au Diable nous narre l’histoire de Germain, le laboureur, et de la petite Marie, la pauvre bergère, la partie Appendice, quant à elle, nous raconte comment se déroulaient les noces dans nos campagnes du 19e siècle. Mais cela, nous l’aborderons dans un autre billet, que vous trouverez dans la rubrique Histoire.

 

Bon appétit !

 

Bisous,

@+

Sab – le prochain billet pas avant la fin de l’après-midi de mardi…

 

1-2

30 mai 2013

Molière : Sganarelle ou le Cocu imaginaire

 Molière

Ah que coucou !

 

Cela faisait depuis longtemps que je ne vous avais rien proposé de ce grand auteur français… et bien aujourd’hui, je vous propose cette courte pièce (d’un acte) :

 

 

Sganarelle-ou-le-Cocu-imaginaire

Sganarelle ou le Cocu imaginaire

accessible au téléchargement/lecture en cliquant ici

Format : pdf

(logiciel fourni gratuitement par Adobe)

Langue : Français

 

dans laquelle Molière nous rappelle à tous que la jalousie n’empoisonne pas seulement la vie du dit-jaloux, mais aussi de tout son environnement qu’il soit proche (famille) ou géographique (voisins). Et cela peut devenir grave, si par le fait d’un mari jaloux, les amoureux voisins se mettent à se battre et à se séparer…

 

Dans notre vie nous avons tous eu à faire, hélas pour nous, à ces jaloux, à ces possessifs qui empoisonnent la vie de ceux qu’ils prétendent aimer, jusqu’à leur faire vivre un véritable enfer. Un jour, un de ces jaloux a même eu le culot de me dire que je ne l’aimais pas, vu que je n’étais pas jalouse et que j’en avais marre de sa jalousie… mais est-ce ne pas aimer que de vouloir que l’autre vive en paix, sans se demander quelle raison la personne jalouse et possessive va encore trouver pour lui faire passer un moment exécrable ? Quand on aime, on n’accuse pas l’autre des pires défauts ; quand on aime, on n’accuse pas l’autre de mentir ; quand on aime, on n’accuse pas l’autre de nous tromper, de nous duper… On fait ceci quand on n’a pas confiance en l’autre, quand on ne l’aime pas, quand on le déteste même !

 

Alors qu’en général nous nous débarrassons de ces excessifs plus ou moins rapidement (chez moi je dois sûrement battre le record de rapidité ;)), la femme de Sganarelle, elle, adopte une autre solution (peut-être aussi parce qu’à l’époque de Molière, divorcer n’existait pas). Son mari l’accuse : elle ne le détrompe pas, surtout qu’elle-même a cru voir de ses yeux vu son mari Sganarelle porté un peu trop d’attention à leur jeune et jolie voisine, Célie…

Non détrompé par sa femme, Sganarelle se met à chercher des noises à Lélie… qui se met à croire que Sganarelle a épousé Célie, pendant qu’il était absent… et Lélie accuse donc Célie de ne pas être fidèle à ses promesses…

 

Mais ne vous inquiétez pas car, comme toutes les pièces de Molière, cette histoire se termine bien…

 

Bonne lecture !

 

Bisous,

@+

Sab


28 mai 2013

Edgar Allan Poe : Révélation magnétique

Edgar Allan
Poe

Ah que coucou !

 

Qu’est-ce que l’esprit ? Qu’est-ce que l’âme ? Peut-on le/la voir ? Peut-on prouver son existence ? Vous êtes-vous déjà posé la question ?

 

Dans ce monde du 19e siècle où la science en était à ses balbutiements, où l’on s’imaginait que ce nouveau Dieu pourrait apporter et montrer à l’homme les secrets de la vie et de l’âme, voilà comment Edgar Allan Poe se propose de démontrer l’existence de l’esprit (pour les scientifiques) ou de l’âme (pour les religieux) :

 

Révélation magnétique

accessible au téléchargement/lecture, en cliquant ici

Format : pdf

(logiciel fournit gratuitement par son concepteur Adobe)

Langue : Français

 

Grâce à nos connaissances scientifiques actuelles, nous connaissons le fonctionnement du cerveau. En comparant ces connaissances et celles révélées dans cette nouvelle, pouvons-nous affirmer que les connaissances d’Edgard Allan Poe à ce sujet était très éloignées de ce que nous savons aujourd’hui, malgré qu’il y ait plus d’un siècle qui s’est écoulé ?

 

Oui, comme toujours dans ces Histoires Extraordinaires, Edgar Allan Poe nous propose des solutions scientifiques qui s’avèrent n’être pas si éloignées que ça de la réalité, même s'il n'utilise pas le vocabulaire spécifique à la science moderne… alors qu’à son époque on ne parlait pas encore de sciences fictions, alors que cela en était très proche ;).

 

Bonne lecture !

 

Bisous,

@+

Sab

26 mai 2013

Arthur Conan DOYLE : Les 6 Napoléons

267273fd

Ah que coucou !

 

Comme je vous l’ai déjà dit, j’adore le héros inventé par Arthur Conan Doyle, ce célèbre détective privé qu’est Sherlock Holmes. Après vous avoir fourni quelques-unes de ses enquêtes en version originale (pour accéder à tous ces e-book mis en ligne sur ce blog, cliquez ici), je vais maintenant vous en proposer quelques-unes traduites en français… et nous allons commencer aujourd’hui par :

 

Les 6 « Napoléons »

accessible au téléchargement/lecture, en cliquant ici

format : pdf

(logicielle fourni gratuitement par Adobe)

Langue : Français

 

Dans cette aventure nous retrouvons notre héros face à un fait étrange… il y a quelqu’un à Londres qui entre par effraction dans des magasins ou demeures, non pour voler quoi que ce soit, mais pour briser des copies d’une œuvre du sculpteur français Devine, représentant la tête de Napoléon Ier

 

S’agit-il là d’un farouche ennemi de cet ancien empereur français, qui ne supporte pas qu’il puisse y avoir dans Londres la moindre représentation de Napoléon Bonaparte ? ou y a-t-il une autre explication ?

En tout cas voici un cas qui intéresse tant notre héros qu’il ne peut s’empêcher de demander à l’inspecteur Lestrade (en charge de l’affaire) de le tenir au courant des suites de l’enquête…

 

Cette courte nouvelle connue, dans la version française, va permettre à certain de pouvoir rattraper leur retard question lecture (il paraît qu’il y a actuellement beaucoup à lire ;) mdrr !) tout en se relaxant…

 

Sur ce, moi j’y go !

 

Bonne lecture !

 

Bisous,

@+

Sab – pas trop de bonne heure demain matin… MERCI !

25 mai 2013

Agatha Christie : La Mort n’est pas une Fin

114b7353

Ah que coucou !

 

Et bien voilà, je peux enfin vous proposer celui que j’adore parmi tous ceux que cette grande dame de la littérature anglaise a écrit :

 

La Mort n’est pas une Fin

accessible au téléchargement/lecture en cliquant ici

Format : pdf

(logiciel fourni gratuitement par Adobe)

Langue : Français

 

et qui ne met en scène ni Hercule Poirot, ni Miss Marple ;)…

 

L’action se situe dans l’Egypte ancienne, au temps des Pharaons… au temps des différents dieux Ptah, Râ, etc.… au temps des superstitions qui voulaient que le monde des Morts accèdent aux demandes des vivants pour faire justice et protéger les vivants… aux temps où l’on faisait des offrandes aux dieux et aux morts… aux temps où la navigation sur le Nil n’était pas aussi importante qu’aujourd’hui et où chaque embarcation était accueillie avec joie et fête…

 

Oui mais le Nil (fleuve nourricier de l’Egypte) n’apporte pas toujours que des bienfaits, parfois navigue sur ses flots le Mal… et ce Mal le voilà qui arrive dans cette demeure où vit la famille d’Imhotep, prêtre de Ka, en la personne de Nofret, sa belle concubine…

Mais Nofret est-elle réellement la seule et l’unique responsable de ces crimes ? Connait-elle suffisamment de magies pour tuer les fils d’Imhotep ? et Ashayet, la mère décédée des 3 enfants aînés d’Imhotep (Yahmose, Sobek & Renisenb), pourra-t-elle les protéger contre Nofret ? et est-elle assez puissante pour protéger aussi cet autre fils d’Imhotep (prénommé Ipy), qu’il a eu avec une autre femme quelques années après le décès de son épouse ?

 

Mais voilà des questions que ne se posent ni Esa (la mère d’Imhotep) ni Hori (le scribe) qui préfèrent les laisser à tous ces superstitieux. Oui, pour eux, seul un être vivant peut être responsable de cette hécatombe, et, au péril de leur vie, ils vont tenter de résoudre ce mystère…

 

Cette histoire ne se déroulant pas à notre époque, l’enquête ne peut être menée à grand renfort d’analyses scientifiques poussées. A cette époque on ne savait rien du tout en ce qui concerne les empreintes digitales, en ce qui concerne l’A.D.N. A cette époque seule la réflexion permettait de trouver les coupables d’un crime…

 

Bonne lecture !

 

Bisous,

@+

Sab

La-Mort-n-est-pas-une-fin

24 mai 2013

Nicolas Gogol : Le Nez

32656cb8

Ah que coucou !

 

Pour ceux qui l’ont reçu, il y a quelques années, de Johannes, il s’agit là d’une autre traduction, qui, je trouve, se rapproche plus de la version originale… oui, tout le monde sait qu’il est difficile de faire une traduction exacte car nos cultures, même si les souches entre la culture francophone et russophone ont certains points communs, sont différentes, d’où la difficulté de faire ressentir les mêmes émotions à un lecteur ayant des origines géographiques différentes… Bon, nous n’allons pas nous étendre plus longuement sur ces difficultés de traduction rencontrées par tous ceux qui doivent traduire une idée qui n’est pas forcément les leurs, dans une autre langue pour nous concentrer sur l’œuvre…

 

Oui. Donc aujourd’hui je vous propose la nouvelle suivante, écrite par ce grand écrivain russe qu’était Nicolas Gogol :

 

Le Nez

accessible au téléchargement/lecture en cliquant ici

Format : pdf

(logiciel fourni gratuitement par Adobe)

Langue : Français

 

Quelle étrange aventure que vit cet assesseur de collège Kovaliov ! Oui, ce malheureux fonctionnaire a perdu cet orifice qui se trouve au milieu de notre visage : son nez ! A la place de celui-ci ? Rien, c’est tout lisse, comme si le nez n’avait jamais existé et n’avait jamais été placé là !!! Evidemment, Kovaliov part à sa recherche et le rencontre à l’église dans l’uniforme d’un conseiller d’Etat !! Parce qu’il refuse de regagner sa place, Kovaliov décide de porter plainte… quelques temps plus tard, le nez est retrouvé… mais ce nez fugueur refuse de rester à sa place, et bientôt, tous les habitants de la ville apprennent que le nez se trouve là, puis ici, mais jamais sur la figure de Kovaliov !! Ce qui, il faut l’avouer, gêne beaucoup Kovaliov qui avait prévu de se présenter au poste de gouverneur… et de se marier avec la fille d’un officier supérieur…

 

Kovaliov parviendra-t-il à faire entendre raison à son nez afin qu’il daigne regagner sa place et y rester ? C’est ce que vous apprendrez en lisant cette nouvelle !

 

En attendant nous ne pouvons que faire la même constatation que fait Nicolas Gogol au sujet de cette histoire : « […] le plus étrange de tout, le plus incompréhensible, est que des auteurs puissent choisir de tels sujets. Je le confesse, c’est parfaitement inconcevable, c’est vraiment… Non et non, cela dépasse mon entendement ! » ;) mdrrr !!

Si vous voulez avoir l’explication : lisez cette œuvre jusqu’au bout !

 

Bonne lecture !

 

Bisous,

@+

Sab

Posté par Sab1703 à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

23 mai 2013

François VILLON : Le Lais

5c813384

Ah que coucou !

 

Comme promis voici la première fournée des œuvres de ce grand poète médiéval : François Villon (pour accéder à sa biographie élaborée par René Lacôte, cliquez ici) :

 

Le Lais

accessible au téléchargement/lecture en cliquant ici

Format : pdf

(logiciel fourni gratuitement par Adobe)

Langue : français

 

René Lacôte nous en a déjà dit beaucoup sur ces différents Lais tout en nous expliquant les raisons de ceux-ci. Je ne vais donc pas répéter ici ce qui a déjà été si bien dit… Et parce qu’ils sont traduits dans un français assez actuel pour être facilement compréhensible par tous, surtout suite aux quelques règles de grammaire médiévale déjà postées sur ce blog (pour accéder au billet Le Vieux Français : quelques règles grammaticales cliquez ici) je ne vais pas alourdir ce billet en répétant – d’ailleurs je déteste devoir répéter !!

 

Non. Maintenant que vous en avez suffisamment entendu parler comme ça, maintenant que vous avez les outils nécessaires à leur bonne compréhension, le mieux est que maintenant vous lisiez ce court chef-d’œuvre de la littérature française médiévale ! vous y apprendrez aussi beaucoup concernant les us et les coutumes de nos ancêtres…

 

Régalez-vous bien de ces quelques vers !

 

Bonne lecture !

 

Bisous,

@+

Sab

 

F Villon
oeuvres