Molière

Ah que coucou !

 

Cela faisait depuis longtemps que je ne vous avais rien proposé de ce grand auteur français… et bien aujourd’hui, je vous propose cette courte pièce (d’un acte) :

 

 

Sganarelle-ou-le-Cocu-imaginaire

Sganarelle ou le Cocu imaginaire

accessible au téléchargement/lecture en cliquant ici

Format : pdf

(logiciel fourni gratuitement par Adobe)

Langue : Français

 

dans laquelle Molière nous rappelle à tous que la jalousie n’empoisonne pas seulement la vie du dit-jaloux, mais aussi de tout son environnement qu’il soit proche (famille) ou géographique (voisins). Et cela peut devenir grave, si par le fait d’un mari jaloux, les amoureux voisins se mettent à se battre et à se séparer…

 

Dans notre vie nous avons tous eu à faire, hélas pour nous, à ces jaloux, à ces possessifs qui empoisonnent la vie de ceux qu’ils prétendent aimer, jusqu’à leur faire vivre un véritable enfer. Un jour, un de ces jaloux a même eu le culot de me dire que je ne l’aimais pas, vu que je n’étais pas jalouse et que j’en avais marre de sa jalousie… mais est-ce ne pas aimer que de vouloir que l’autre vive en paix, sans se demander quelle raison la personne jalouse et possessive va encore trouver pour lui faire passer un moment exécrable ? Quand on aime, on n’accuse pas l’autre des pires défauts ; quand on aime, on n’accuse pas l’autre de mentir ; quand on aime, on n’accuse pas l’autre de nous tromper, de nous duper… On fait ceci quand on n’a pas confiance en l’autre, quand on ne l’aime pas, quand on le déteste même !

 

Alors qu’en général nous nous débarrassons de ces excessifs plus ou moins rapidement (chez moi je dois sûrement battre le record de rapidité ;)), la femme de Sganarelle, elle, adopte une autre solution (peut-être aussi parce qu’à l’époque de Molière, divorcer n’existait pas). Son mari l’accuse : elle ne le détrompe pas, surtout qu’elle-même a cru voir de ses yeux vu son mari Sganarelle porté un peu trop d’attention à leur jeune et jolie voisine, Célie…

Non détrompé par sa femme, Sganarelle se met à chercher des noises à Lélie… qui se met à croire que Sganarelle a épousé Célie, pendant qu’il était absent… et Lélie accuse donc Célie de ne pas être fidèle à ses promesses…

 

Mais ne vous inquiétez pas car, comme toutes les pièces de Molière, cette histoire se termine bien…

 

Bonne lecture !

 

Bisous,

@+

Sab